mardi 19 décembre 2017

Expérience inédite dans un pays musulman. Le centre commercial « Tanger City Mall », organise son premier marché de Noël à la marocaine et invite tous ses clients et visiteurs à venir profiter des offres exceptionnelles qui les attendent dans un espace consacré spécialement au marché de Noël, qui se déroulera jusqu’au 31 décembre.

Marché de Noël à Tanger City Mall

De la broderie à la haute couture traditionnelle marocaine et de la confiserie à l’épicerie fine, le marché de Noël sera l’occasion pour les visiteurs du centre de chiner de bonnes idées cadeaux pour les fêtes de fin d’année.

Plusieurs exposants, opérant dans plusieurs domaines d’activités, seront présents lors de cette première édition du marché de Noël, afin de proposer des produits d’artisanat et de terroir marocain.

De l’épicerie fine avec la marque « La fine bouche », en passant par des produits du terroir et du goût exposés par « L’herboristerie Marrakech » et « Nabil Oyster » proposant des huitres fraiches de Dakhla.

Sans oublier la décoration et l’artisanat avec des artisans locaux tels « Dounia Broderie », « Bennis broderie », « L’antiquaire » et « Ghita déco ».

Des douceurs de saisons  à travers la marque « Pomme d’amour», des articles de vaisselle de la marque « Le prix c’est nous », de la vente de souvenirs traditionnels « Au coin des souvenirs » et enfin du textile Fashion à travers la marque « Priscilla » sont au rendez-vous pour satisfaire les envies des tangérois.

À propos de Tanger City Mall

Tanger City Mall

Très bien situé en plein cœur du nouveau quartier dynamique de la ville, à quelques minutes de la nouvelle gare LGV, Tanger City Mall est le premier centre commercial de la région, offrant un large choix d’activités de shopping, loisirs et fooding, notamment le premier cinéma Mégarama de Tanger.

Ce complexe commercial d’une superficie de 30 000 m2 s’étale sur 3 niveaux et allie mode, divertissement et restauration de choix à travers plus de 80 enseignes.

Tanger City Mall est intégré au sein du projet Tanger City Center, un complexe conçu dans une architecture avant-gardiste et répondant aux normes de qualité internationales, regroupant des résidences haut standing, un business center moderne et fonctionnel ainsi que deux hôtels Hilton 4 et 5 étoiles.

Découvrez toutes les marques présentes ainsi que les différents services proposés sur le site : http://ift.tt/2D7j2NQ

 



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2oPpsOw

lundi 18 décembre 2017

dimanche 17 décembre 2017

Nouvelle exposition à la Galerie Conil qui présente le travail de l’artiste Léonard Combier jusqu’au 14 janvier 2018. Des labyrinthes de détails complexes et colorés.

Leonard Combier expose chez Conil

Artiste autodidacte, Léonard Combier dessine partout, tout le temps, et ce depuis son plus jeune âge. Il a rapidement adopté un style personnel très reconnaissable: complexe, graphique et coloré. Les oeuvres de Léonard Combier doivent être regardées dans leur ensemble avant d’être explorées. Elles sont comme des labyrinthes de détails dans lesquels le spectateur est invité à se perdre. Un monde à part entière est alors à portée de regard. Ses tableaux sont d’une densité et d’une richesse surprenante. Humour noir et couleurs vives racontent des histoires, sexuelles, absurdes ou provocatrices, et mettent en scène une multitudes de petits personnages et de phrases qui surgissent partout. Ce souci du détail fait de l’univers psychédélique des toiles de Léonard un ensemble de mondes dans lesquels ils est amusant d’errer ou de se laisser emmener. Son travail de dessin et peinture ne provient pas d’un plan méticuleux mais plutôt d’une inspiration à laquelle il s’abandonne sans essayer de la contenir. C’est ce qui lui permet de produire des oeuvres originales et spontanées.

Exposition du 16 déc. 2017 au 14 janvier 2018

A propos de Léonard Combier

Léonard Combier sur sa table à dessin

Léonard Combier vit et travaille à Paris. Il a commencé à dessiner dès l’enfance sans jamais en faire ses études, et ne s’est jamais arrêté depuis. Il travaille principalement à l’acrylique et au Posca sur toile, et à l’encre sur papier. Au premier abord ses tableaux sont comme une gigantesque foire mais lorsque le spectateur s’approche, il s’enfonce progressivement dans l’œuvre pour aller au delà d’un premier plan évident et découvrir une infinité de détails cachés disséminés pour lui. Ce souci du détail, poussé à l’extrême, vise à faire en sorte que ses travaux se découvrent et s’explorent. Ils présentent une abondance de petits personnages et de petites phrases qui surgissent partout. Ces éléments se caractérisent par un certain humour noir et une sexualité assumée qui ne se veut jamais choquante, mais seulement irrévérencieuse.

Galerie Conil
7, rue du Palmier
35, rue des Almohades
Petit Socco – Tanger



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2zivGd1

vendredi 15 décembre 2017

Vous n’avez pas pu voir « Migraaaants » fin novembre dernier ou vous voulez revoir la pièce de Matei Visniec adaptée par la Comédie de Tanger c’est très facile. Cliquez sur le lien ci dessous.

A PROPOS DE LA PIECE

Comment parler des migrants, errants désespérés de la guerre, de la terre et de la mer, alors que leur tragédie se prolonge, qu’elle ne trouve que des solutions partielles et qu’elle nourrit les discours les plus opposés ? Matéi Visniec, qui répond généralement (et somptueusement) à l’absurde par l’absurde et l’humour noir, prend le risque de saisir cette errance mortelle de centaines de milliers d’hommes avec ses armes théâtrales, fourbies avec son rire qui est des plus féroces. C’est une succession de scènes qui poussent la réalité jusqu’à son point maximum de ridicule et – parfois – d’insoutenable : défilent, en saynètes saccadées, des réfugiés embobinés par des passeurs et des capitaines au cœur malin en bandoulière, de charmantes vendeuses d’armes et de moyens de protection contre les envahisseurs, des hommes politiques cherchant à prôner la générosité à tout vent et à fermer en même temps les portes à double tour, des acheteurs d’organes et des trafiquants d’enfants, les errants avec un … Tous les malheureux qui croient que l’Europe et les Européens vont leur faire une place au chaud dans leur confort en euros tournent en ronde jusqu’à ce qu’on ne puisse plus croire à l’espoir, ni eux, ni nous les spectateurs..

NOTE DE L’AUTEUR

Cette pièce se veut une proposition pour une aventure artistique collective ayant comme but au moins une chose : casser l’indifférence.

Réfugiés : l’Europe se désintègre ; Réfugiés : la mort clinique de l’Europe. C’est avec des titres comme ceux-ci que journal Le Monde, mais aussi toute la presse européenne analysait, à la fin du mois de février 2016, le phénomène du flux migratoire. Grand changement d’attitude si on pense qu’en septembre 2015, suite à la mort, par noyade, en Mer Egée, d’un petit syrien d’origine kurde de 5 ans prénommé Aylan, toute la presse saluait la générosité avec laquelle l’Allemagne et surtout Mme Angela Merkel ouvrait les bras pour accueillir un million de réfugiés…

En l’espace de seulement cinq mois l’Europe a paniqué. Les responsables politiques mais aussi l’opinion publique ont compris que sur la planète, il y a environ 80 millions de personnes qui vivent dans des régions en guerre et qui ont le droit, en principe, de demander protection internationale, donc asile politique en Europe. Les frontières ont commencé à se refermer, le symbole du fil de fer barbelé a ressurgi des entrailles cauchemardesques de l’histoire.

L’Europe ne sait pas ce qui lui arrive, ne sait pas ce qu’elle doit faire, et la tentation est grande de renier ses valeurs (libre circulation, droits de l’homme, société ouverte, etc.) pour arrêter les millions de candidats à l’exil qui sont en route.

Question : Est-ce que le théâtre peut devenir un espace de débat sur ces sujets ?

Oui, c’est ma réponse, et c’est pour cela que j’ai ouvert ce chantier, c’est-à-dire l’écriture d’une pièce sur les migrants.

En tant que journaliste à Radio France Internationale je suis tout simplement « noyé » dans des informations et des reportages concernant les migrants. J’ai découvert moi-même, suite à mes voyages en Grèce, en Italie, en Hongrie ou en Grande Bretagne, certaines « réalités ». Mon intention est d’utiliser cette « matière » pour essayer de comprendre les motivations profondes d’une grande mutation humaine, culturelle et géopolitique.

Je suis convaincu qu’il ne s’agit pas tellement d’un « phénomène migratoire d’une ampleur sans précédent », mais d’une sorte de révolution de partage. Une gigantesque révolte passive se cache derrière ce mouvement (motivé aussi par l’instinct de survie).

Ces centaines de millions de gens rappellent aussi à l’Occident que son modèle économique, politique et culturel se mondialise mal. C’est un modèle qui fonctionne seulement sur un périmètre restreint de terre habitable, tandis que le reste de la planète assiste au « festin des privilégiés » en regardant seulement la télé…

C’est sûrement une injustice pour laquelle les inspirateurs de ce modèle, les Occidentaux, doivent aujourd’hui payer l’addition.

La révolution à laquelle on assiste, c’est celle du repartage de l’accès au bonheur dans le monde.

Mais le théâtre n’adopte ni le langage politique ni celui de la sociologie ou de la pédagogie pour faire son travail de compréhension, pour stimuler la réflexion et éventuellement éveiller les consciences.

Dans ma pièce modulaire je propose des scènes courtes et des situations dramatiques (inspirées de faits réels) où j’essaie de suggérer le grand dilemme moral dans lequel se trouve l’Europe.

L’année passée 10 000 enfants sont arrivés seuls en Europe où on a perdu leurs traces, un phénomène qui devrait inquiéter plus le monde civilisé et les gouvernements européens.

Par cette pièce, ce qui m’intéresse c’est autant parler de l’industrie du trafic des êtres humains que de la mécanique marchande du phénomène. Dans le monde des passeurs et des trafiquants tout a un prix, pour eux la détresse humaine est un filon aurifère à exploiter, c’est une source pratiquement inépuisable de profit.

Mais surtout j’ai envie de capter dans cette pièce le côté émotionnel et humain du phénomène.

C’est une tragédie de l’humanité qui se déroule devant nos yeux, digne du théâtre antique grec où l’homme se confrontait à la force implacable du destin.

J’ai voulu aussi, dans ce texte, dénoncer la « pensée politiquement correcte » qui a atteint les limites du supportable et de la décence mentale en Occident.

Se cacher derrière la pensée politiquement correcte afin d’éviter de voir les réalités de ce monde et d’assumer l’action, ce n’est plus pardonnable.

(…)

D’une certaine manière, je fais voyager le spectateur presque tout le temps, entre le Sinaï et la côte turque, entre l’Afrique et Birmingham, entre l’île de Lesbos et une capitale européenne dont je ne précise pas le nom. J’ai voulu écrire une pièce en mouvement, une pièce débat, une pièce qui dévoilent des pratiques inhumaines et qui pousse à la réflexion. Je ne suis pas, dans cette pièce, dans la position d’un juge. Je ne juge personne, je capte seulement des situations dramatiques qui m’ont ému et troublé en tant que journaliste. Et je les présente comme un puzzle théâtral qui a besoin d’un grand investissement de la part du metteur en scène, des comédiens et du public pour fonctionner… Cette pièce se veut une proposition pour une aventure artistique collective ayant comme but au moins une chose : casser l’indifférence.

 

LE PROJET DE LA COMEDIE DE TANGER

Ce projet se veut une proposition pour une aventure artistique collective ayant comme but au moins une chose : casser l’indifférence.

Il consiste en premier lieu à monter la pièce de Matei Visniec

Ce travail de la Comédie de Tanger sera mené en liaison avec l’auteur qui a été séduit par l’initiative et nous accorde l’autorisation de jouer sa pièce libre de droits d’auteur.

Cette pièce incorporera de vrais migrants (entre 20 et 30) recrutés sur place qui, au côté des comédiens, véhiculeront le message avec une force encore plus grande

Pour donner plus d’amplitude à la communication sur ce sujet sensible, nous proposons que là où nous pourrons présenter la pièce on puisse aussi:

  • Organiser avec le HCR un débat après le spectacle
  • Organiser une exposition de Photos
  • Organiser une conférence ou une projection
  • Présenter le livre « un si long chemin »

 Si possible, donc, consacrer quelques jours à ce sujet

Il va de soi que nous ne sommes capables que de prendre en charge le spectacle vivant.



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2kyxiH1

jeudi 14 décembre 2017

Le thème de l’immigration ressurgit encore à Tanger avec l’exposition photographique organisée par la librairie les insolites intitulée « Le Parcours » jusqu’au 13 janvier 2018.

Le Parcour, livre photogra^hique« Voie des Migrants » est une association créée depuis trois ans à Tanger par Youssef Mounchili dans laquelle il œuvre à soutenir les migrants africains de passage à Tanger. Youssef a parallèlement accompagné de nombreux migrants dans leur traversée en les photographiant dans leur quotidien dans des poses à l’esthétique classique.

Il leur rend hommage avec cette exposition et la publication de son premier livre, Le Parcours, dans lequel il transmet un message de ténacité et de vie. La librairie les insolites a collaboré à la publication de ce livre d’artiste (édité à 100 exemplaires).

Vernissage et dédicace le samedi 16 décembre 2017 | 19.00

L’exposition durera jusqu’au 13 janvier 2018

Librairie les insolites
28, rue Khalid Ibn Oualid
Tanger



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2AnSAhb

La librairie les insolites organise le 15 décembre une rencontre/dédicace lors de la présentation du premier roman de Victoire de Changy (éditions Autrement) « Une dose de douleur nécessaire ».

Victoire de Changy aux insolites de Tanger

Une dose de douleur nécessaireBruxelles, 2016. C’est l’histoire d’un homme marié qui rencontre une jeune femme nettement plus jeune que lui. C’est une histoire banale. Ils finissent par se voir de plus en plus, pendant quelques mois. Lumières éteintes, corps étreints. A force, elle s’attache à lui, lucidement, et implacablement. Dans ce huis-clos, Victoire de Changy questionne le désir et l’absence, en une écriture épurée et débrutie au scalpel.

Vous pourrez rencontrer Victoire de Changy et son livre le vendredi 15 décembre 2017 à 19.00 à la librairie les insolites.

Victoire de Changy, vingt-neuf ans et des poussières qu’elle observe, intègre, poétise, brode, imagine puis raconte tout ce qui l’entoure. Journaliste et auteur de littérature générale et de jeunesse, elle n’a jamais imaginé être autre chose que ce corps prolongation d’un crayon… Quand elle n’écrit pas ailleurs, elle partage sur son blog, victoiredechangy.be

Saluons Anne Marie Demtchenko de la société Jeblia qui parraine cette rencontre.

Librairie les insolites
28, rue Khalid Ibn Oualid
Tanger

 

 



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2CkE4rW

vendredi 1 décembre 2017

mercredi 29 novembre 2017

samedi 18 novembre 2017

La galerie Photo Loft de Tanger présente une exposition inédite de peinture intitulée « TREIZE  » de Ilias Selfati, 13 oeuvres, 13 aquarelles du 16 novembre au 23 décembre 2017 .

Expo Selfati au Loft de Tanger

Pour la première fois Ilias Selfati expose à Tanger et présente à la galerie Photo Loft la série « TREIZE », 13 aquarelles toutes récentes, pleines de symboles. Beaucoup de force et de sensibilité.

Ilias SelfatiSon travail présente l’ultime, le tout, le profond et la passion de l’engagement vis à vis de ses oeuvres. L’homme est libre et sans frontière, tout comme son travail, Madrid, Paris, New York aujourd’hui Tanger … Il a la main et l’intelligence du geste.

Né en 1967 à Tanger, le peintre Ilias Selfati est un artiste hors du commun, écorché vif, voyageur assoiffé, intelligent, acharné avec un indéniable talent.

Photo Loft
115 avenue Mohamed Ben Abdellah,
8ème étage, N° 32, 90 000 Tanger
contact@photoloft-tanger.com



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2zOBYSs

vendredi 17 novembre 2017

CNN et France 2 ont pu filmer une scène de vente aux enchères de migrants en Libye, dénonçant ainsi une pratique tout autant archaïque que choquante. La vidéo a soulevé maintes réactions et indignations à travers le monde, puisque l’esclavage a été banni il y’a bien longtemps. Retour sur une situation d’immigrés et de réfugiés déplorable.

Marché aux esclaves-Libye 2017

Une vidéo d’un marché d’esclaves dans une zone de passage pas loin de Tripoli en Libye, a choqué le monde. Les êtres humains sont vendus comme dans les films datant de plusieurs siècles, en vente aux enchères au plus offrant avec des prix allant de 400 à 750 dollars. CNN a pu dévoiler une vidéo filmée en caméra cachée où l’on arrive à distinguer un passeur de migrants en guise de « vendeur », vantant les mérites d’un mineur comme étant « fort et en bonne santé », de quoi plaire à ceux qui ont besoin de « quelqu’un pour creuser la terre ». Des répliques suivies par lancement des enchères, et de la remise de « l’esclave » à son « maître », comme s’il s’agissait d’un quelconque objet sans grande valeur, et non d’un être humain vivant sur la planète terre au 21ème siècle. #NOT4SALE

La vidéo a fait le tour du monde en quelques heures, créant une grosse fureur du côté des ONG et des défenseurs des droits de l’Homme, puisque la vidéo illustre clairement l’état critique et dramatique dans lequel se trouvent les migrants et réfugiés en Libye. D’ailleurs, la réaction de Zeid Ra’ad Al Hussein, haut-commissaire de l’ONU des droits de l’Homme ne s’est pas faite attendre, puisqu’il a fortement dénoncé les souffrances de ces migrants, en déclarant : « Je dénonce esclavage des temps modernes, puisqu’il constitue un outrage à la conscience de l’humanité (…) Les observateurs de l’ONU ont été choqués par ce qu’ils ont vu : des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants émaciés et traumatisés, empilés les uns sur les autres, enfermés dans des hangars et dépouillés de leur dignité. Mais aussi horrible soit-elle, la situation n’est cependant pas nouvelle. Début septembre, l’ONG Médecins sans frontières avait déjà demandé à ne plus renvoyer les migrants en Libye, jugeant qu’ils y étaient violés, torturés et soumis à l’esclavage (…) #Say_NO_2slavery   La communauté internationale ne peut pas continuer à fermer les yeux sur les horreurs inimaginables endurées par les migrants en Libye, et prétendre que la situation ne peut être réglée qu’en améliorant les conditions de détention ». La réaction des élites africaines se fait malheureusement attendre. L’union Africaine tarde à prendre des dispositions effectives.

A rappeler que des milliers d’immigrants et de réfugiés espèrent gagner l’Europe chaque année, afin d’échapper à la famine et aux guerres dans leurs pays. Ils espèrent naïvement une meilleure vie pour eux et leurs proches, mais finissent par se retrouver entre les mains de trafiquants d’êtres humains, sans aucune pitié ni merci. Zeid Ra’ad Al Hussein a aussi ajouté que : « La politique de l’Union Européenne ; consistant à aider les garde-côtes libyens à intercepter et renvoyer les migrants ; est inhumaine ». A rappeler que plus de 19.900 immigrés se sont retrouvés en Libye. Un nombre qui ne cesse d’augmenter, alors que les guerres et tensions en Afrique subsaharienne ne cessent de croître à leur tour.
Source : Lesinfos.ma

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



from LE web magazine de Tanger - tanger-experience.com http://ift.tt/2zLyxfm